NUBI – Rappeur de terrain

Nubi fait partie de ces rappeurs qui ont fait leurs preuves sur le « terrain » comme on dit, il a été accepté par la rue, par les siens puis par ses compères rappeurs. Nubi est un MC qui ne sort pas de nulle part, il a un groupe à son actif, des apparitions sur de célèbres mixtapes et un succès d’estime qu’on ne peut nier. Le public en attendait peut-être beaucoup de lui mais on le saurait si l’industrie de la musique récompensait les talents à l’état pur. Son retour est prévu en 2012, le calendrier Maya ne nous avait pas prévenus mais il faudra bien compter avec Nubi pour cette année de fin du monde. Rencontre avec ce rappeur discret mais qui a un franc-parler bien à lui !

– Tes premières apparitions étaient avec Futuristiq ?

Oui c’est ça, on a signé en 1997-1998, on a maquetté pendant environ deux ans et on est sorti en 2001. L’album est sorti précipitamment parce qu’on était prêts et que le Secteur A venait de signer le contrat de distribution avec EMI ; il fallait qu’ils sortent quelqu’un et les Arsenik n’étaient pas prêts. On a fait une vieille pochette dans la foulée, tout a été fait dans le speed, le clip aussi, pas de tournée, pas de rotations …

– Le label vous a remarqués dès que vous avez commencé à rapper en fait ?

Oui parce qu’on a fait la compilation de DJ Poska, « la 25ème », on a eu du buzz grâce à ça ;  ensuite on a posé sur « Hostile Hip-Hop 2 » qui a eu le même succès et finalement on a rencontré Kenzy qui nous a directement signés.

– Seul l’album « Demain c’est maintenant » est sorti avec le Secteur A ?

On avait signé pour trois albums mais on n’en a fait qu’un (rires), notre contrat s’est fini en 2003. Quand on était dans le label les gens ne nous aimaient pas trop, la preuve, on n’a eu que Jacky Brown comme feat sur notre album. Le seul qui nous a respectés et qui est venu.

– C’étaient des différends artistiques ou personnels ?

Pas personnel vu qu’on ne se connaissait pas plus que ça, mais on était le premier groupe qui venait pas de Sarcelles à être signés chez le Secteur A ; et jusqu’ici je me demande pourquoi ils nous ont signés ! La même question pour Bombattack.

– Est-ce que le Secteur A était un bon label ?

Qu’est-ce qu’un bon label ? C’était un bon label dans le sens où il faisait des disques d’or mais pas pour moi, dans le sens où ils ne nous ont pas développés ; mais tu poses la question à Arsenik ou Pit Paccardi, ils te diront oui.

– Le groupe s’est ensuite arrêté là ?

Oui, on a travaillé que sur un seul album,  le groupe s’est terminé après le Secteur A. On a plus ou moins laissé le rap de côté pendant un ou deux ans, on a tous les deux été absorbés par nos vies.

– Finalement,  t’as été signé sur combien de structures?

Secteur A, 707 et Bombattak. Jamais sur Néochrome comme le pensent certains car Néochrome ne signe aucun artiste en développement. Mais j’ai eu le même problème sur 707 pour « Scarlatitude » ; je suis allé en vacances en Martinique et ils en ont profité pour fixer une date de sortie pendant mon absence ; il y’a beaucoup de morceaux que je n’aurais pas voulu mettre dessus.

– Et comment ta collaboration avec Bombattack s’est-elle passée ?

J’ai été signé en 2008 et en 2010 je n’avais toujours rien sorti ! Le deuxième album d’El Matador était déjà sorti ; à cette époque-là ils venaient de signer une jeune fille qui chantait bien, Sarah Riani mais ils l’ont gâchée alors qu’elle était super « marketable » et jolie. Résultat, où sont-ils maintenant ? Ils ont fermé ! Dans l’ordre des sorties, ça devait être Matador – Brasco – Nubi –Jamal mais ils ont sorti deux albums de Matador, celui de Brasco et ont sauté Nubi.

 – C’est vrai qu’El Matador c’était plus grand public …

C’est ce qu’ils en ont fait mais en vérité il n’est pas comme ça ! C’est un rappeur qui a une plume, du flow et qui est fort en freestyle en plus. Les mecs de Bombattak sont arrivés avec le plan pour faire la bande originale de Taxi 4, Laurent Bounneau a kiffé sur « Génération Wesh Wesh », qui était un bon morceau pour ma part, et Marc s’est emballé en voulant viser directement le grand public, sauf que Matador était un jeune artiste qui n’a pas été développé et peu connu et tout le monde sait que dans le rap il faut commencer par la base.

 – Sachant que l’album de Nubi était presque prêt … (son manager)

Oui et non ! Le problème c’est que tous les instrus qu’ils me proposaient n’entraient pas dans mon délire ; les pianos-violents ce n’est pas mon truc ! Donc tous les morceaux que je faisais qui n’étaient pas sur les instrus de Track Invaders (Beatmakers de Bombattak), Marc n’en voulait pas, ils n’écoutaient même plus mes maquettes finalement.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=ILYrHQC9S_k&w=560&h=315]

– Il y’a quelques rappeurs dans ton cas qui sont passés par de prestigieux labels, ou plutôt par les plus connus, mais qui n’ont rien sorti de concret avec eux au final, je pense à Nakk, à Lalcko …

Plutôt des plus connus dans le sens où Bombattak n’a rien sorti à part Matador. A l’époque avec les freestyles c’était une structure prestigieuse, mais dès que le label a été mis en place, ils n’ont voulu faire que du grand public. Et ce n’est pas quelque chose qu’on fait du jour au lendemain, aujourd’hui les mecs qui vendent des albums ne sortent pas de nulle part ! Le problème c’est que personne ne fait du développement aujourd’hui ; Les labels attendent que les artistes indépendants développent leur buzz au maximum pour vouloir les signer, et ensuite ils disparaissent.

 – On manque beaucoup de supports aussi, quand on sait que les émissions de radio et les magazines ferment ; est-ce qu’il reste encore de bons projets rap ?

Le problème c’est que dans tu as de bons projets mais que tu n’as pas tes feuilles SACEM et que tu ne  touches rien; tu te dis qu’il y’a un problème ! Et le pire c’est que quand tu leur demande, ils prennent ça comme un manque de respect, comme si on avait insulté leur mère. Si les autres aiment se faire avoir c’est leur problème ! On est dans un bizz où les mecs font de l’argent, les seuls qui n’en font pas ce sont les rappeurs. Le pire c’est qu’une feuille SACEM ne coûte absolument rien.

 – Est-ce que l’indépendance alors est la meilleure solution ?

Non ! Il est impossible en France de faire du rap en indépendant si tu n’as pas beaucoup d’argent. A part si tu te distribues tout seul, tu devras signer un contrat de distribution et une fois chez le distributeur, il te demandera ton budget, ton plan de promotion et tes feats ; ce qui se passe en gros autour de toi pour qu’il puisse te mettre dans les bacs. Et puis pour moi les indés se la racontent beaucoup quand même. On est indé parce que les majors ne veulent pas de nous, c’est par dépit.

 – Pas mal de rappeurs mettent en place des structures pour signer les nouveaux venus …

Mais quand on y pense il n’y a aucun artiste d’un label de rappeurs qui a cartonné en France. Mais un rappeur ne peut pas mettre son artiste en avant plus que lui, donc les plans qu’il aura, il se mettra d’abord dessus lui-même.

 – C’est humain après …

Ce n’est pas humain, c’est bête ! Regarde Rick Ross et Maybach Music, l’album qu’il vient de faire ce n’est pas le sien, c’est Meek Mill et Wale, ils ont brillé dessus. Rick Ross il ne fait que des petits refrains et un couplet par-ci par-là. C’est un rappeur mais c’est aussi un producteur qui sait développer des petits, et aujourd’hui ils sont loin les gars, si tu veux un feat avec eux, il va falloir en lâcher beaucoup.

 – Est-ce que l’argent est un réel problème dans le monde du rap ou est-ce qu’au contraire il y’en a mais personne ne veut le mettre sur la table ? (Cf. le teaser vidéo)

L’argent c’est le nerf de la guerre, bien sûr que c’est un problème ! Il y’a de l’argent, le rap fait vendre. Tu regardes à la télévision il n’y a que des beats de hip-hop dans les reportages, sauf que personne ne développe les artistes rap et les rappeurs n’ont pas d’oseille, contrairement à ce qu’ils veulent faire croire. Et aujourd’hui la politique du buzz, c’est la carotte du siècle ! Quand les mecs me parlent de buzz, j’ai envie de me battre avec eux. Les mecs qui ont le buzz, ils sont où maintenant ? Ceux qui sont sortis sur de gros projets avec de gros morceaux, ils n’ont rien vendu parce que le buzz ne fait pas vendre. Si t’es signé derrière en major il va te rapporter quelque chose parce que ta major a les moyens de te développer. Mais si tu as du buzz, que tu presse 2000 cds et que t’as 5000 euros pour ta promo, tu ne vas nulle part !

 – Même avec des majors derrière, les ventes ne décollent pas …

Si les artistes ne sont pas développés et que tout ce que font les majors c’est sortir le disque en prenant le moins de risques possibles ; si le rappeur vend tant mieux, s’il ne vend pas ils ne perdent rien. Mais si tout le monde avait fait comme ça depuis le début on n’aurait pas eu d’IAM ni de NTM.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=d50vyYva0KM&w=420&h=315]

 – C’est tabou de parler d’argent dans le rap ?

Pour moi non mais en général oui. C’est tabou parce que les producteurs indés qui sont tellement street, sont les premiers à escroquer les rappeurs. Les gens ne veulent pas qu’on parle d’argent parce qu’ils se le mettent dans la poche et que les rappeurs crèvent de faim. Les trois quarts des rappeurs travaillent ou font ce qu’ils ont à faire. Pour moi si tu as un label et que tu ne rapportes pas d’argent, tu sers à quoi ? Tu ne sers à rien ! T’es sorti de la rue, t’as vendu un peu de cam, un peu de shit … je sais qu’il y’en a qui vont me détester pour ce que je dis mais la vérité reste la vérité ! Maintenant que tu as fait ton label, que tu as signé un mec que tu trouves fort, une fois que tu as payé le studio, que tu as fait un ou deux clips, que tu es allé traiter la maman de deux ou trois personnes sur internet, il est où le travail de fond ? La communication ? Le travail sur l’image ? Qu’est-ce que tu fais pour faire gagner de l’argent à ton artiste ? Est-ce qu’il touche des feuilles SACEM ? Est-ce qu’il est aux ASSEDICS du spectacle ? Non parce qu’il n’y a pas de papiers derrière ! Toi tu fais du rap, tu as des fans au Canada, en Espagne, en Italie, en Suède … mais à part ça ! Demain tu veux louer un appartement, tu n’as pas de fiche de paye, t’es zéro ! Je ne connais aucun artiste de house ou de rock qui fait de la musique gratuitement

 – Tu es le seul à dire ouvertement que tu fais payer tes featurings, on a l’impression que ça choque les gens alors que c’est un procédé généralisé …

Il faut dire à ces gens qu’ils appellent Booba, Rohff ou La Fouine pour leur demander des feats gratuits ! Ils n’oseront même pas le faire parce qu’ils savent très bien que c’est une aberration. On est dans un marché qui est géré par l’offre de l’offre et la demande, si ton produit est beaucoup demandé tu prends de l’argent. Moi j’ai un produit qui a beaucoup de demandes, sauf que personne ne veut payer et les mecs se permettent d’être offusqués parce qu’on leur demande de l’argent. C’est malhonnête car ces mecs-là investissent de l’argent dans un projet qu’ils vont vendre et amasser de l’argent. Moi j’ai juste envie de leur dire mais pourquoi vous m’appelez franchement ? (rires).

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=kdEzAOSeES8&w=420&h=315]

– Quand est-ce que t’es venu ce pseudo au fait?

Comme je t’ai dit je suis de l’ancienne école du rap donc il y avait cette mouvance des Brands Nubians, des Afrocentristes à l’époque qui nous avaient appris qu’on était des renois. J’ai ensuite lu le passage sur la Nubie dans le livre de Cheick Anta Diop « Nations nègres et culture », dans lequel il explique les Nubiens ont été le premiers à construire les pyramides avant les Egyptiens … Je sais que ce sont ces thèses discutées mais moi j’ai retenu le côté avancé du peuple nubien. Et je me sens profondément africain, je ne peux pas renier el fait que je vienne d’Afrique ; si je pourrais comme beaucoup d’Antillais mais je sais que ce n’est pas la vérité.  

 – Je ne sais pas si tu as démarché des majors mais qu’est-ce qu’ils pensent de ta musique ?

Ils doivent sûrement penser que je fais du rap de rue mais franchement je m’en fiche. Mais quelqu’un qui ne connait pas ma musique ne doit pas venir porter un jugement ; quelqu’un qui connait le rap peut critiquer mais le problème des majors c’est qu’ils ne connaissent pas le rap donc ça ne m’intéresse pas. Même dans la vie je ne fais pas écouter mes morceaux à des gens qui n’écoutent pas de rap et implicitement ma musique s’adresse à ceux qui connaissent le rap. En plus la France est un pays assez conservateur et le rap véhicule un message que les gens ne veulent pas entendre. Les gens n’ont pas envie qu’on leur casse la tête avec ça, c’est comme les SDF, on en parle en hiver pour se donner bonne conscience, c’est pareil pour la situation des banlieues.

 – Le projet « Salissures » sera un album ?

Album, street-album, franchement je ne sais pas trop. J’estime que quand ce sont des morceaux inédits sur des instrus originales c’est un album. Mais un street-album c’est quand tu n’as pas beaucoup de moyens, donc c’est entre les deux (rires).

 – On retrouvera d’autres artistes sur ton projet ?

Il y aura juste Mounir sur un refrain, un chanteur de R&B de mon quartier qui chante depuis très longtemps ; il est connu dans ce milieu-là. En fait je devais faire des feats mais cela ne s’est pas fait.

 – Le retour tant attendu de Nubi, on y croyait plus … Beaucoup de monde l’attendait …

Quand on tournait avec Bombattak, Marc était surpris de voir que j’avais des soldats et que j’avais un réel public qui me disait « Nubi fais la 11, fais la 15 ». Comme je t’ai dit moi j’ai des fans jusqu’au Canada, en Afrique, j’ai beaucoup de fans en Côte d’Ivoire au Mali ; un de mes potes est le maire d’un village au Mali et il est fan de Nubi (rires). Les gens du peuple m’aiment et ça c’est dans toute la France. Les gens me respectent dans mon quartier, ils me donnent du love et je suis partout chez moi. C’est super gratifiant d’être attendu. L’argent que je ne prends pas, ils me le donnent en amour, c’est peut-être un cliché mais c’est la vérité. Personne ne m’a jamais craché dessus en me disant quoi que ce soit, je suis quelqu’un de respecté car je respecte beaucoup les gens, c’est pour ça que je peux marcher dans n’importe quelle banlieue ou quartier et ça avant le rap. Il y’a des choses qu’on n’achète pas, je le dis dans « l’amour et l’honneur », moi je suis riche de ces choses-là et je m’en félicite.

 – Trouves-tu que ça a changé ? Dans le morceau justement tu dis que tu es de l’ancienne école …

Bien sûr que ça a changé, mais le monde entier a changé pas seulement la rue et le rap. Aujourd’hui quand tu regardes la télévision à l’heure du Petit Journal par exemple, tu vois des filles les seins à l’air et qui font des choses on dirait un film porno alors que c’est l’heure du prime time, c’est l’heure de manger et tu es avec ta famille et tes enfants. Je suis de l’ancienne école, des années 80 et les gens sont nostalgiques de ces années-là parce que c’était les derniers jours heureux, le monde n’était pas encore dépravé comme maintenant.

Je suis un ancien mais en même temps je vis avec mon temps ; et je laisse un message à tous ceux qui laissent des commentaires en disant « C’est mieux quand Nubi kickait comme à l’ancienne », oui mais on n’est plus à l’ancienne mon frelo, je ne peux pas te faire Mack le Biz numéro 2 en 2012 (rires). Cela fait six piges que je n’ai pas sorti de projets, si demain j’en ressors un avec les mêmes tires qu’en 2006 jettez-moi des pierres !

 – Et ces mecs-là seront les premiers à te jetter des pierres …

En plus, et c’est ça le pire (rires).

 – Le projet est donc prévu pour le 23 avril …

Si tout va bien oui, on va essayer de ne pas avoir de retard ; si maintenant je fais tout ça et je ne sors pas le projet, les gens vont vraiment me détester (rires).

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=OpkjO-UJ5i4&w=560&h=315]

2 Comments

  1. http://Les%20rappers%20sont%20des%20menteurs 20 février 2012 at 12:40

    Réponse d’un des concernés dans l’interview :

     » HAHA…les rappers sont des menteurs…

    Notez bien le « j’étais en vacances ». Et ouai…pendant que certains restent sur Paris pour mixer 20 titres sorti d’un multipiste fabriqué en Roumanie époque Caucescu pour « récupérer » une qualité sonore très douteuse, qualité K7 1989, d’autres vont en vacances. Je ne mentionnerai pas le temps que ces vacances ont durées, c’est indécent. Ceci étant, nous n’avons rien eu à dire sur le contenu. Il a décidé de tout. Du tracklisting, de l’ordre. La seule chose qu’on a fait c’est sa pochette en fait! Je voulais qu’il enregistre des nouveaux titres, mais il allait plus facilement en Martinique qu’au studio. Du coup on a rien enregistré ensemble. Nada. Et il est reparti comme il est venu…en signant avec Marc. Voilà je voulais juste éclairer les gens sur le fait que je sors des projets derrière le dos des gens. Bande de menteurs. « 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *