ROCÉ au Bataclan le 10/12/2013

C’est neuf mois après la sortie de son album que le concert de Rocé a lieu. Pas dans l’actualité mais toujours actuel, l’album Gunz N’ Rocé a ramené du beau monde au bataclan, que ce soit dans le public ou sur scène.

1395836_10151913231454732_866044944_n

19h30 : Les portes s’ouvrent. Pas de première partie mais un set dj très spécial : un dj du troisième âge, Rémy Kolpa Kopoul (RIP) était assis au milieu de la scène jouant des cds et mixant de temps en temps. Bossa nova, rap américain, musique africaine ou orientale, c’est dans une mixité atypique que le papi a fait danser le public. Hommage de circonstance, le dernier morceau était dédié à Nelson Mandela, un morceau du rappeur sud-africain Tumi (du groupe Tumi & the Volume) et du chanteur réunionnais Danyel Waro. Le public applaudi ce cher monsieur qui restera un des bons souvenirs de la soirée.

20h30 : Le public est chaud et même un peu échauffé. Les premières réclamations commencent à retenir et la patience à s’éteindre. On attend 20 minutes et les lumières s’éteignent. Une projection vidéo débute et accompagne l’artiste sur certains morceaux, projetant les mots phares des lyrics. Rocé débarque sur scène comme un boxer, sans concession et prêt à kicker. Il a déjà rappé trois morceaux en 5 minutes, il débite sans s’arrêter. Ce n’est qu’avant le premier feat qu’il prend le temps de parler au public. C’est un homme pudique, ça se voit à son regard et à sa manière de parler, on n’attendait pas de grands discours non plus.

JP Manova entre en scène pour le titre « Actuel », un morceau attendu qui met le feu grâce à son rythme et aux échanges de paroles entre les deux rappeurs. Mr JL de Mic Pro lui succède sur le remix de son titre J’ai arrêté de croire. Le travail est bref, bon et bien fait. Rocé enchaîne les morceaux avec toujours le même accueil du public ; un public réactif quand il connaît les morceaux et attentif lorsque ce n’est pas le cas. Le public scande les paroles des titres Assis sur ma lune, J’rap pas pour être sympa ou En apnée.

Un petit entracte de quelques minutes s’impose avant de continuer le tour d’horizons des morceaux. La quasi totalité de Gunz n’rocé est interprété mais aussi les titres de tous les précédents albums. On se rappelle des titres comme Mon crâne sur le paillasson, le cartable renversé, l’être humain et le réverbère, Amitié et amertume ou les gens parlent. L’Asocial Club fait son entrée sur le morceau Si peu comprennent, dans l’ordre Casey, Virus, Prodige et AL. Le public est tellement en délire que les couplets sont presque inaudibles. Rocé s’éclipse un moment pour laisser la place à ses amis qui interprètent le premier extrait de leur collaboration. Le show est carré, les artistes sont charismatiques et se complètent parfaitement.

Manu Key entre rejoint Rocé pour interpréter deux feats, notamment le merveilleux morceau Magic. Ceux qui étaient devant la scène à droite, ont eu la chance d’apercevoir Mc Solaar qui a traversé toute la foule pour venir serrer la main au rappeur de la Mafia K1 Fry. Une nouvelle composition scénique pour la fin du concert : Rocé, Dj Karz, le saxophoniste Archie Shepp et le bassiste Sil Matadin, sur deux morceaux. L’émotion et la force des instruments se mêlent pour nous offrir un moment vraiment particulier. Les genres musicaux se sont mélangés à merveille, passant de l’un à l’autre sans accrochage aucun. Même la jeune fille éméchée qui monte sur scène ne perturbe pas Rocé dans son show !

Après 1h30 de concert, on pense que c’est fini mais un rappel est indispensable. Rocé revient sur scène pour encore une demi-heure de morceaux. Et c’est sur « On s’habitue » que Rocé quitte la scène sous les cris et les applaudissements.

Pour résumer : un concert de 2 heures qui a rassasié un public très hétéroclite. Rocé ne s’est vraiment pas moqué de son public et a ramené la crème des rappeurs mais pas que. On a pu croiser entre autres Rokhaya Diallo ou Maboula Soumahoro mais surtout le père de Rocé, Adolfo Kaminsky, aux premières loges sur le balcon pour se délecter du concert de son fils.

Vivez ou revivez le concert grâce à ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *